Il s’avère que l’assignation contre Kpn-Orange était un canular

Pour Son Excellence Stéphane Richard, le Président-Directeur Général d’Orange

J’ai l’honneur de me référer à mes dossiers sur mes expériences chez KPN-Orange intitulés “ La concurrence attaquée par la justice “ en date du 21 mai 2016, “ Ils m’ont embauché à la sortie de Deloitte, pour me licencier chez KPN-O “ en date du 31 mars 2018, et “ Si je n’avais pas de religion, les valeurs d’Orange seraient ma Bible “ en date du 30 mai 2018.

Dans ces dossiers, je raconte avoir buté sur la main invisible de la mafia qui m’a fait échouer dans mes études supérieures, qui m’a poursuivi légalement pour des crimes qu’ils commettent eux-mêmes en 1990 comme l’arnaque au faux visa, qui m’a licencié chez KPN-Orange en 2001, qui m’a expulsé de mon logement en 2014, et qui a colonisé les terres agricoles de mon grand-père à Kénitra en 1971. Cette mafia s’appelle “Le Gang des Tueurs du Brabant”. Ils étaient représentés au sein de la société de télécommunications mobiles KPN-Orange par Monsieur Alfons Nuyts, le manager qui m’a licencié.

A quoi s’attendent-ils ? Que les gens ne vont pas riposter, un jour ou l’autre ?

L’affaire KPN-Orange : J’ai été embauché, pour être ensuite licencié + la tentative violente de prise de contrôle d’une nouvelle société de téléphonie mobile par l’opérateur historique local en Belgique

Depuis 2001, date à laquelle j’ai porté plainte auprès du Tribunal du travail de Bruxelles contre KPN-Orange pour harcèlement moral et sexuel de la part de M. Alfons Nuyts, je n’ai cessé de rassembler des preuves à charge contre cet homme qui m’a injustement licencié en ayant l’expérience que la Justice belge et les avocats ne le feront jamais.

En travaillant avec lui, j’ai compris qu’il était issu d’une autre branche de l’espèce humaine qui, en termes islamiques, est appelée “Ibn Israël” et qui, en Europe, est désignée comme l’Ennemi. M. Alfons Nuyts parle comme l’Ennemi, il ressemble à l’Ennemi, il sent comme l’Ennemi, il mange comme l’Ennemi, et il répondra aussi comme l’Ennemi à cette publication le concernant.

Entre octobre 1999 et mars 2001, j’ai été analyste en planification et reporting chez KPN-Orange. Je recensais les situations inhabituelles que je portais à la connaissance des actionnaires. J’étais animé par la conviction que toutes ces situations de pertes financières importantes étaient provoquées par l’Ennemi que je reconnaissais dans tout l’être physique et psychologique des Alfons Nuyts.

M. Alfons Nuyts était quelqu’un qui est incapable de terminer une phrase, qu’elle soit parlée ou écrite, sans se tromper, sans bafouiller, sans bégayer, voire sans se planter totalement, au point que l’on commence à se demander s’il est allé à l’école un jour ou pas du tout, mais il voulait être le PDG de KPN-Orange en faisant tout pour pousser le PDG en place dehors.

Le PDG de l’époque (en 1999–2000) était M. Jean-Claude Vandenbosch, il était francophone et c’était le seul élément que Alfons Nuyts utilisait pour pour construire un clan autour de lui avec d’autres personnes afin de l’aider à détruire la réputation du PDG.

L’une des stratégies pour pousser M. Jean-Claude Vandenbosch vers la sortie a été de faire envoyer par un huissier une sommation de payer les loyers impayés des lignes fixes dont le total a mis l’entreprise à genoux. En février ou mars 2000, KPN-Orange a reçu une facture l’obligeant à payer entre 300 et 360 millions de francs belges (environ 10 538 966,16 dollars US) en 72 heures. La facture concerne un retard de paiement en faveur du fournisseur de lignes fixes Belgacom.

Il est possible que KPN-Orange ait versé le montant “dû” sur le compte de l’huissier concerné qui aurait rédigé l’assignation. Il s’agirait de Monsieur Dirk Duflou. Vous trouverez un de ses comptes sur cette correspondance qui concerne les amendes liées aux impôts qu’il m’a adressées. Ce compte bancaire est à la banque KBC dont le numéro IBAN est BE19–4348–1867–1112. L’amende qui a été infligée à KPN-Orange peut avoir été payée sur ce numéro de compte bancaire.

Dirk Duflou aurait également falsifié des billets en dollars américains qu’il tente de mettre en circulation par l’intermédiaire de banquiers. Dirk Duflou est l’huissier de justice qui a organisé l’expulsion de mon domicile fin 2014. Il m’arnaque depuis de nombreuses années avec des faux billets.

J’ai expliqué l’escroquerie financière du huissier Duflou à Daniel Renson, alors qu’il travaillait comme conseiller financier chez Progrès-Vooruitgang, une association de Saint Josse (Bruxelles) pour l’entreprenariat et l’intégration des migrants, à qui j’ai apporté cette facture fiscale particulière, apparue 3 ans après mon arrêt de travail. J’envisageais un délai de paiement, et Daniel Renson m’a recommandé de payer la totalité de la somme et il a eu la gentillesse de me donner l’argent pour le faire.

Grâce à cette conversation avec Daniel Renson, j’ai découvert que l’huissier Dirk Duflou faisait partie du réseau social de M. Alfons Nuyts et que l’assignation contre KPN-Orange était probablement un canular comme les factures d’impôts que je recevais de cet huissier.

Sans recherches financières ni informations sur le comportement de ces individus auprès des banques, j’étais incapable de comprendre ce qui m’arrivait et pourquoi j’étais la cible des Tueurs de Brabant. Les choses ont commencé à changer depuis que j’ai découvert les comptes secrets qu’ils tiennent dans des pays étrangers où ils utilisent de fausses identités.

Les comptes bancaires secrets d’une mafia en Belgique

Cela résoudrait mes questions et les questions concernant KPN-Orange qu’ils ont mis à genoux, et très probablement pour des raisons racistes, que ce soit moi ou l’actionnaire principal qui s’appelle M. Stanley Miller et qui est sud-africain.

Voici les résultats de l’enquête dans laquelle certains montants sont encore manquants pour le moment :

Dirk Duflou aurait redirigé la somme vers un compte à Bahreïn à la banque Gulf One qu’il a ouvert le 27 octobre 1997, sous le nom de Jacques Templemont du Québec (Canada), l’état du 27 juin 2021 montre qu’il dispose de 216.733.388 USD (183.578.812 euros).

Une autre partie est allée à la Ahli Bank à Al Manama (Bahreïn), sous l’identité de Philippe Lempereur de St Malo (France), qu’il a ouverte le 11 décembre 1997 et où il détient actuellement 127.903.157 USD (108.337.298 euros).

Une partie est allée à la banque Attijariwafa à Rabat (Maroc) sur un compte au nom de Jacques Lacroix de Villeurbanne (France), qu’il a créé le 13 février 1995, et sur lequel il y a actuellement 98.176 .837 euros ( 115.904.842 USD)

Une autre partie de l’huissier Dirk Duflou est allée à la Deutsche Bank de Düsseldorf (Allemagne), sous le nom de Fritz Wunderlich de Genève. Il aurait 86.145.286 euros (101.696.886 USD) sur ce compte.

Pour en savoir plus sur la Deutsche Bank :

Briefing sur la Deutsche Bank (DB) qui a décidé de suspendre sa coopération avec le Président des Etats-Unis, Son Excellence Donald Trump

Une autre partie est allée à la banque Crédit Suisse de Luzerne où il possède un compte de 91 928 211 euros (108 522 277 USD) sous le nom de Jean-Claude François de Compiègne (France).

La partie la plus importante a été placée sur un compte à Zurich à la banque Crédit Suisse sous le nom de Jacques Coutron de Paris 15e, qu’il a créé le 10 décembre 1993 ; il contient actuellement 253.889.000 euros (299,713,083 USD).

Au vu des banques utilisées, la plus grande partie des fonds est probablement allée au Crédit Suisse en Suisse. C’est la même banque que la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) utilise également et peut-être que le pouvoir de retirer des fonds du compte de cette organisation pourrait être entre les mains d’une fausse identité, et donc d’une personne qui n’existe pas en réalité. C’est le fonds de pension qui peut concerner tous les travailleurs de Belgique dont je parle un peu plus bas.

A partir des comptes bancaires susmentionnés, l’huissier Duflou aurait déposé les sommes directement sur les comptes secrets des autres membres du gang :

Un tiers est allé à la banque Crédit Suisse en Suisse.

Près d’un tiers du butin total serait allé à Lucien Leuwenkroon sur un compte au Crédit Suisse en Suisse sous le nom de Lucien Lendermans d’Ixelles qu’il a créé le 16 mars 1990. Actuellement, la situation exacte de ce compte est de 83.662.128 euros (98.766.404 USD).

Deux tiers sont allés à la banque Morgan Chase aux États-Unis.

Le reste (deux tiers) a été réparti entre les membres du gang, par l’intermédiaire de l’avocate Inès Wouters, pour qui le montant a été transféré sur un compte américain à la Morgan Chase à Washington DC sous le faux nom de Jennifer Quintones de Mexico City (Mexique), dont elle dispose depuis le 5 mai 1999. Elle dispose actuellement de 129.771.928 USD (109.920.195 euros) sur ce compte.

Les deux tiers ont vraisemblablement été divisés comme suit :

La Deutsche Bank

Le professeur Roland Willemyns était là, comme dans toutes les opérations lourdes qui doivent me toucher professionnellement, avec la conviction que je ne le saurais jamais, mais une plainte en Justice est toujours en cours contre KPN-Orange pour le licenciement abusif qu’Alfons Nuyts avait effectué, peut-être sur instruction du professeur Roland Willemyns. Le Professeur Roland Willemyns a ouvert un compte à la Deutsche Bank à Hambourg le 2 janvier 2000 sous le nom de Lucien Löwenfeld d’Eilat, Israël, pour recevoir sa part. Il dispose actuellement de 100.620.834 euros (118.786.818 USD) sur ce compte.

Lucien Leuwenkroon a placé une partie sur un compte à la Deutsche Bank de Hambourg sous le nom de Daniel Willemyn le 17 avril 1999, et sous le même nom il a ouvert un compte le 2 janvier 2000 à la Deutsche Bank de Berlin.

La banque Crédit Suisse

Son altesse Jacqueline de Croÿ aurait reçu sa part sous le faux nom de Joséphine Beaujour de Guingamp (France) sur un compte bancaire au Crédit Suisse à Zurich (Suisse), qu’elle aurait ouvert le 17 avril 1988.

La Lloyds Bank

Le reste du gang a prémédité l’utilisation de la banque Lloyds à Londres pour recevoir un montant supplémentaire :

Joseph Gheysens a également reçu une partie du butin et a créé le 6 janvier 2000 un compte à la Lloyds Bank de Londres sous le nom de William Hughes, qui serait né à Liverpool.

Toujours le 6 janvier 2000, Jacqueline de Croÿ a ouvert un compte dans cette même banque Lloyds à Londres sous le nom de Jacqueline Wilson de Manchester.

Daniel Renson a rejoint la banque Lloyds à Londres 2 jours auparavant, le 4 janvier 2000, également sous le nom de Joseph Pumpkin de Winchester.

Alfons Nuyts, qui jouait le rôle le plus important au sein de la société cible KPN-Orange, qu’il détruisait chaque jour un peu plus, et qui risquait la faillite à cause d’une amende coûteuse dans le procès Belgacom contre KPN-Orange, a reçu sa part du butin sur un compte britannique au nom de Tom Wilkins de Chester, à la banque Lloyds à Londres. Il a créé ce compte le 6 janvier 2000, quelques semaines avant que Belgacom ne notifie officiellement KPN-Orange par l’intermédiaire de l’huissier Dirk Duflou. Il pourrait s’agir d’un indice de préméditation de la part d’Alfons Nuyts, d’ouvrir un compte bancaire dans l’espoir de dissimuler spécifiquement les sommes pillées à KPN-Orange par le biais du système judiciaire, car c’est ce que représente un huissier de justice.

Ainsi, Alfons Nuyts doit être considéré comme un acteur majeur qui a frappé son employeur de lourdes amendes par l’intermédiaire de ses amis occupant des postes très élevés, et qui a exigé le versement de ces amendes sur son compte à la Lloyds Bank de Londres, qu’il aurait ouvert à l’avance dans ce but.

L’information privilégiée a été transmise à des personnes extérieures, y compris à l’huissier de justice.

M. Alfons Nuyts a probablement fourni les informations privilégiées au reste du Gang des tueurs du Brabant, dont Jacqueline de Croÿ, Lucien Leuwenkroon, Joseph Gheysens, Daniel Renson, Dirk Duflou et l’avocate Inès Wouters.

Ces informations privilégiées pourraient éventuellement consister en des rapports hebdomadaires et mensuels de planification et d’état d’avancement que je préparais pour la réunion hebdomadaire des parties prenantes à laquelle M. Alfons Nuyts voulait nécessairement apparaître et participer. Je n’étais pas autorisée par Alfons Nuyts à rencontrer les managers et les directeurs des autres départements.

Au fait, j’étais exclue de toutes les réunions par Alfons Nuyts qui rendait mon travail impossible à réaliser. Pour avoir les données, je m’adressais directement aux analystes et programmeurs, c’est de cette façon que j’apprenais des choses dont on ne parle pas.

Un jour, j’ai demandé à un chef d’équipe des opérations clients, un département qui dépendait fortement du système de facturation dont le propriétaire est le département informatique, ce que “Fons” (surnom d’Alfons Nuyts) disait aux autres départements (sachant qu’il n’a pas la vision et la stratégie d’ensemble). “Oh, il n’a jamais dit un mot, il se contente de rester assis là et de regarder tous les autres discuter, mais il ne dit rien, à tel point que personne dans l’entreprise ne comprend ce que son département fait exactement toute la journée”, explique la jeune femme.

Elle décrivait l’homme qui voulait faire passer son équipe de 6 à 20 ou 30 personnes, parce qu’il enviait les autres responsables du département informatique qui avaient beaucoup de personnes sous leurs ordres. Il n’y avait pas assez de travail pour autant de personnes. Il veut seulement pouvoir dire à tout le monde qu’il a 30 personnes qui travaillent pour lui. C’est sa définition d’un homme important. Notez qu’il m’a licencié alors que nous n’étions que 5 personnes. Cela montre comment Alfons Nuyts cherchait à agrandir son équipe.

Les rapports que j’ai rédigés contiennent de véritables observations sur tous les projets de technologie de l’information et d’ingénierie des télécommunications de l’entreprise, y compris les estimations de coûts, l’état des dépenses par rapport à l’avancement, les dates de début et de fin d’analyse, de développement, de test, de livraison et de production, les noms de tous les fournisseurs impliqués, la description de leurs services et leurs prix, toutes les ressources humaines et tous les consultants impliqués dans chaque projet, et la dépendance des départements du reste de l’entreprise vis-à-vis du développement des projets technologiques. Si j’ai été licenciée par M. Alfons Nuyts, c’est parce que j’étais incapable de présenter autre chose que la vérité.

Le département que dirigeait Alfons Nuyts s’appelait IT-PSO (Information Technology Project Support Office) et avait pour rôle la planification et le contrôle. Il était le manager et donc le premier responsable en cas d’imprévu, par exemple en cas d’amende comme celle présentée par le huissier Dirk Duflou.

La planification est l’un des postes les plus stratégiques d’une entreprise, où l’on tient les ficelles pour faire avancer une activité entière autant que pour la faire tomber. Si quelque chose échoue dans le département informatique, c’est toute l’entreprise qui s’effondre. M. Alfons Nuyts le sait, et il est de nature malveillante. La preuve en est que M. Alfons Nuyts est un raciste et un admirateur de l’Allemagne nazie. Il a un frère qui travaille pour la Banque mondiale en Afrique avec le même esprit.

Sa recherche d’informations imprimées expliquerait pourquoi chaque matin, lorsque j’arrivais au bureau (entre 9 h et 9 h 15), je trouvais mes tiroirs et mes dossiers personnels poussés et en désordre. Fouiller dans les documents des autres est la raison pour laquelle Alfons Nuyts arrive au travail tous les jours à 6 heures du matin. Il vient en voiture de Geel (au nord d’Anvers) jusqu’à Bruxelles.

Alfons Nuyts a reçu une riche indemnité de départ

Alfons Nuyts a été licencié environ 2 ans après la sommation de KPN-Orange de payer des amendes “à Belgacom”. Son indemnité de licenciement aurait consisté en de généreux cadeaux tels qu’un grand et beau voilier, qu’il rêvait d’avoir. Il rêvait aussi de conduire une grosse voiture BMW comme le directeur informatique M. Albert Timmermans, qu’Alfons Nuyts enviait et vénérait à la fois. M. Nuyts a quitté l’entreprise avec des avantages comme s’il avait fait un bon travail pour KPN-Orange.

L’obtention d’une riche indemnité de départ est la raison pour laquelle M. Alfons Nuyts a rejoint KNP-Orange en premier lieu. C’est pourquoi Alfons Nuyts a visé le poste de PDG, ce qui a surpris tout le monde dans l’entreprise, car cet homme n’a pas les compétences nécessaires pour présenter des situations complexes sur papier. Il ne sait pas non plus s’exprimer en public. En tant que PDG, il serait incapable de faire face à la presse, contrairement à M. Jean-Claude Vandenbosch et M. Stanley Miller (qui ont lancé l’entreprise), qui sont des personnes charismatiques, stylées et éloquentes.

M. Nuyts n’a pas envie de travailler sur lui-même pour acquérir ces compétences, mais il compensera ce manque en employant des personnes compétentes pour faire ce genre de choses à sa place. Il veut seulement être le patron. Il le fait en prenant les rapports que j’ai produits, en effaçant mon nom et en y mettant le sien. Il comptait sur mon esclavage, et c’est probablement ce à quoi il est habitué. C’est ainsi qu’il a pu gravir les échelons en trichant, et ce n’est pas le premier employé de l’entreprise que j’ai vu agir ainsi en Belgique.

Je n’ai pas compris grand-chose aux ambitions de M. Nuyts de gravir les échelons le plus vite possible jusqu’à ce que je découvre la Fédération des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à Genève à laquelle vont apparemment les pensions de tous les travailleurs de Belgique. Ce fonds de pension semble être la propriété des Tueurs du Brabant, une bande à laquelle Alfons Nuyts pourrait appartenir, et son indemnité de départ pourrait provenir des pensions de tous.

Je savais qu’Alfons Nuyts était aidé pour paraître meilleur qu’il ne l’est au travail, mais je ne savais pas par qui, jusqu’à ce que je tombe sur un compte bancaire à la Lloyds Bank de Londres au nom de George Hamilton de Blackpool qui a également reçu une partie du butin. Comme tous les autres, il aurait ouvert un compte le 5 janvier 2000.

George Hamilton s’avère être M. George Dekock, un concepteur d’armes chez FN/Browning. C’est peut-être sur lui que M. Alfons Nuyts comptait pour ses connaissances techniques en informatique et en télécommunications. J’ai vu M. Alfons Nuyts emporter chaque vendredi de très gros paquets de rapports, de devis de fournisseurs et de nombreux autres documents “pour travailler à la maison”.

Comment j’ai découvert le canular ?

Par l’intermédiaire d’Ina Valstar qui, à l’époque, savait que j’étais employé chez KPN-Orange, mais elle ne savait rien de ce festin financier. Des années plus tard, elle l’a appris par l’intermédiaire d’un des Tueurs du Brabant qui pensait qu’elle a reçu elle aussi sa part du gâteau. Je ne sais pas qui lui a dit qu’on voulait m’attaquer en justice alors que j’étais analyste de planification chez KPN-Orange. Avec d’autres personnes comme Bernard Crepin, qui était mon collègue et le plus fidèle d’Alfons Nuyts, elle n’a rien obtenu, et ce n’était pas très malin, mais c’est ainsi que l’histoire a été divulguée.

En outre, je dispose d’une information privilégiée que M. Alfons Nuyts n’a pas, à savoir qu’il appartient au groupe que l’on appelle l’Ennemi. Le trait caractéristique de l’Ennemi est de détruire tout ce qui est bon, amical, pacifique et sain. La marque Orange était tout simplement trop bonne, tout comme moi avec le reste du personnel de toute l’entreprise.

C’est ainsi que j’ai découvert que les soi-disant “arriérés de Belgacom” étaient probablement un canular d’Alfons Nuyts et d’autres personnes qu’il rencontrait en dehors de l’entreprise, qui doivent avoir le même patrimoine génétique que lui et qui survivent en pillant les gens, les entreprises, les banques et les pays.

La bande des Tueurs de Brabant, dont fait partie M. Alfons Nuyts, sont les enfants et les petits-enfants du même “Ennemi” qui est à l’origine des Première et Deuxième Guerres mondiales, et de toutes les guerres du monde. Par le biais de la Banque mondiale, de la Croix-Rouge et de l’OMS, ils peuvent nous suivre et nous toucher n’importe quand et n’importe où. Ils sont “les maîtres du système financier”.

Ils auraient trop de travail à faire s’ils devaient suivre tout le monde partout par eux-mêmes. C’est pourquoi ils sous-traitent à d’autres le sale boulot à faire à leur place avec les contributions de tous les pays du monde.

Le Saint Coran mentionne que Satan (autre mot pour Ennemi) détruit aussi les banques. J’ai vu Jacqueline de Croÿ le faire le 19 mars 2019 avec une plainte pénale contre la banque KBC dans le cadre des obligations d’État russes qu’elle prétend que la banque a falsifiées en 1994, pour lesquelles elle demande des dommages et intérêts de 21 milliards de dollars et 530 tonnes d’or.

HE Sergey Lavrov : La Russie a-t-elle perdu des tonnes d’or ?

Mon nom est mentionné dans cette plainte pénale dans une section consacrée à l’affaire des faux visas, dans laquelle Jacqueline me cite comme victime de l’escroquerie. J’ai eu l’occasion de lire la plainte pénale contre la banque KBC dans le cadre des obligations d’État russes, mais je n’en ai évidemment pas eu de copie.

Je trouvais quand même curieux que Jacqueline de Croÿ veuille m’impliquer dans une telle affaire, car je n’étais pas intéressée par une plainte contre une banque avec laquelle je n’ai jamais eu affaire. Elle pourrait réussir à faire tomber la banque en impliquant une masse de gens dans cette affaire, qui seraient intéressés par une petite partie de ces 21 milliards de dollars. Je ne suis pas l’une d’entre elles.

Alors, pourquoi la KBC, et pourquoi moi ?

Cette amende de 300 à 360 millions de francs belges infligée à KPN-Orange en 2000 est, à mon avis, la raison pour laquelle une action en justice contre la banque KBC dans le cadre des obligations d’État russes a été lancée avec l’aide de son altesse la princesse Jacqueline de Croÿ, qui a décidé de prendre le contrôle de la banque KBC pour cacher des preuves et faire obstacle aux enquêtes judiciaires. La preuve est le numéro de compte bancaire de l’huissier Dirk Duflou sur lequel KPN a versé environ 600 millions de francs belges.

Une comparaison d’opérations similaires menées par le même gang

Les attentats du 11 septembre à New York étaient une attaque terroriste qui pourrait être liée à des problèmes avec les banques plutôt qu’à la religion. Il s’agit dans le même esprit d’effacer les preuves de fraude, cette fois contre la banque Lehman Brothers à New York et peut-être aussi contre KPN-Orange, car 81 comptes secrets ont été créés en septembre 2001. Il pourrait s’agir de l’argent des astreintes du huissier Dirk Duflou.

81 comptes secrets créés en septembre 2001 pour un total actuel de 6,10 milliards USD ou 7,18 milliards d’euros

Le siège de la banque Lehman Brothers est situé dans l’une des tours jumelles et l’attentat du 11 septembre survient environ trois ans après qu’une société de développement hôtelier appelée European Hotel Ventures Belgium (NH Belgium) a obtenu des prêts de la banque Lehman Brothers. Grâce à ces prêts, ils ont probablement développé le groupe hôtelier NH sans rembourser un centime.

L’effondrement de la banque Lehman Brothers en 2008 est un krach supplémentaire résultant de la crise des prêts hypothécaires à risque, qui pourrait n’être qu’une partie de ce plan plus vaste visant à effacer le fait que cette banque a été pillée par les mêmes individus qui ont pillé KPN-Orange.

Une partie des amendes pourrait avoir été versée à Leemans Kredieten, un établissement de crédit d’Anvers qui n’a aucun lien avec la Banque nationale de Belgique et qui mobilise des capitaux pour des prêts d’une manière qui n’a pas été précisée.

Ceci pourrait expliquer l’effondrement des prêts hypothécaires à risque en 2008

Alors que KPN-Orange était en difficulté financière, de nouvelles entreprises et de nouveaux emplois ont été créés.

Parmi les entreprises qui ont pu être créées ou développées grâce au butin de KPN-Orange figurent Bakkerij Wouters, Lavazza, Renson Ventilation, Renson Patio’s, Renson Sunscreens, Rituals cosmetics, Anios hand sanitizer. Certaines actions ont pu être dopées, notamment sur le Nasdaq et le NYSE, comme Facebook et Google, je suppose.

Pour restés indemnes eux-mêmes et leurs entreprises, ils ont commencé à chercher à m’accuser d’avoir causé des problèmes financiers à KPN-Orange et KPN aux Pays-Bas, tout comme ils ont réussi à m’accuser de falsification de visas et de passeports à des immigrants marocains sans papiers. Chaque fois qu’ils ont besoin d’un bouc émissaire, ils me cherchent. C’est pourquoi je pense qu’ils ont besoin de migrants dans leur pays. Ma réponse à cet abus est le Maghrexit.

Pour arrêter le pillage et la désignation de boucs émissaires, il n’y a qu’une seule solution, c’est de détruire la Banque mondiale sous leurs yeux, comme ils détruisent les banques des autres, les maisons et les familles des autres sous leurs yeux, avec la télé, la presse les caméras et donc devant un très large public.

HE Président Donald Trump : Les fausses banques sont-elles plus importantes que les vies des Noirs ? Ah oui ?

Pourquoi la détruire ? Parce que les valeurs d’Orange qui rendent cette marque si puissante, ont probablement été utilisées pour façonner les Objectifs du Millénaire et les ODD (les objectifs de développement durable) des Nations Unies, de FMI et de la Banque Mondiale, et toutes les belles promesses que cette fausse banque a utilisé comme façade pour générer des revenus auprès des gouvernements qui croient en leurs mensonges. Ils ont fait beaucoup plus d’argent avec les valeurs d’Orange que ce que la marque pouvait générer avec les abonnements de téléphonie mobile.

Lettre à S.E. Volkan Bozkir, Président de l’AG ONU, sur “L’écriture des ODD pour les 10 prochaines années”

Œil pour œil, dent pour dent. C’est dans la Bible et ça devrait faire partie des valeurs d’Orange.

Si une très grande organisation comme l’Organisation mondiale de la santé est obligée de rembourser à la Belgique les subventions non utilisées, je pense qu’une très grande marque comme Orange devrait obliger l’huissier Dirk Duflou à rembourser immédiatement ces amendes avec la même intransigeance avec laquelle il met le couteau sous la gorge des travailleurs ordinaires, des petits indépendants et des chômeurs avec des fausses factures.

Découvrez l’histoire de la boulangerie Dimah à Zaventem que Dirk Duflou a fait condamner par le tribunal de commerce à des amendes égales à la valeur totale de la boulangerie elle-même. La famille Dimah a payé les amendes. Dirk Duflou en fera autant.

Si vous avez des questions, ou si je peux vous être utile, n’hésitez pas à me contacter.

Merci pour votre temps et votre attention, Votre Excellence Stéphane Richard, Président Directeur Général d’Orange.

Je vous prie d’agréer, l’expression de mes sentiments distingués,

Nahema

I am an enterprise and a project controls analyst. I develop collaborative enterprise systems and I am investment adviser for a group of Oriental Investors.

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
Nahema

Nahema

I am an enterprise and a project controls analyst. I develop collaborative enterprise systems and I am investment adviser for a group of Oriental Investors.

More from Medium

VE Framework Partners with IoT and Industrial Engineering Companies Increasing Adoption of Neblio…

Digital Tools I Use

Car Data will Transform Dealerships. Get Ready!

Feature Spotlight: Portfolio-level Benchmark Reporting